Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Articles Généraux sur le Cloud » CAC 40 et transformation digitale : peut mieux faire…

CAC 40 et transformation digitale : peut mieux faire…


RSS

08072015

CAC 40 et transformation digitale : peut mieux faire…

45% des entreprises du CAC 40 identifient la technologie comme un accélérateur de croissance. Pourtant le cloud et le big data restent trop peu compris et utilisés.

Un manque de culture digitale

C'est, peut-être, le nerf de la guerre. Contrairement aux pays anglo-saxons, où la direction digitale se voit confier des objectifs clairs en matière de revenus pour l'entreprise, les équivalents français "sont plutôt dans un rôle de transition, sans objectifs concrets" souligne l'analyste.

La faute à un déficit global de culture digitale. Si la génération Y, qui a grandi avec les outils numériques, se montre beaucoup plus perméable à une évolution digitale de l'entreprise,  cette tranche d'âge (moins de 35 ans), n'est pas encore aux commandes. "Il arrive fréquemment que des managers avec des parcours brillants dans des grandes entreprises, soient bloqués par leur approche traditionnelle du travail", indique Thomas Papadopoulos.

Renault, par exemple, a mis en place une "Digital Academy" pour parfaire l'éducation digitale de l'ensemble des employés. "Le piège est de ne pas réussir à embarquer son entreprise et ses employés. Il faut que chacun s'approprie le digital, devienne un acteur de l'évolution du système et un ambassadeur, pour faire disparaître le digital comme discipline à part", affirme Régis Migdal, ancien chef de l'innovation digitale chez Unibail Rodamco. Un vrai défi pour les grandes entreprises françaises.

 DSI Online vous accompagne dans votre transformation digitale !

Contactez nous pour plus d'informations.

 

Le cloud et du big data pas encore bien pris en compte

Si 45% des entreprises du CAC 40 identifient la technologie comme un accélérateur de croissance, des instruments comme le cloud ou le big data, qui sont pourtant des leviers de croissance bien identifiés, restent trop peu compris et utilisés. Ainsi, seules un tiers (33%) des sociétés étudiées utilisent opérationnellement les technologies du big data.

Difficile à mettre en œuvre en raison de la masse de données qu'il faut savoir collecter et traiter, le big data effraie les entreprises autant qu'il les attire. Le manque de personnel qualifié pour en tirer parti ou le coût de faire appel à un opérateur spécialisé rebutent toujours les grands groupes, quelques peu dépassés par le phénomène.

"La question est moins de savoir comment récupérer et stocker d'immenses quantités données issues des réseaux sociaux par exemple, mais de savoir concrètement ce qu'on en fait", révèle Romain Roulleau, le directeur e-commerce d'Accor.

Alors que la question des données et de leur utilisation par les entreprises (notamment les GAFA) et l'Etat fait débat dans la société, les entreprises hésitent à l'utiliser ouvertement. "Nous n'aimons pas utiliser le terme "big data", qui génère beaucoup de suspicions", explique Odile Roujol, d'Orange, citée dans l'étude.

 

Voir la totalité de l'article

« Retour

DSI Diffusion - Cloud Computing - Sauvegarde en ligne - Cloud - Office 365 - Accompagnement cloud

RSS linkedin

DSI Online

130 Rue Frédéric Joliot,
13290 Aix en Provence

Une question ?
tél : 04 42 53 87 01
Formulaire de contact